Du sang bleu et des dieux bleus

Du sang bleu et des dieux bleus

Le sang des humains possède une couleur rouge et ce depuis, sans aucun doute, son apparition sur cette terre. Mais il existe bon nombre d’allusions aussi au sang bleu…

tsm15

> Retrouvez cet article dans le TOP SECRET N°15

En Amérique du Sud, le nom de “sang bleu” était donné aux métis nés d’un croisement d’indigène, de Noir et d’Européen (sangre azul).

Lamartine utilise aussi ce terme en parlant du “sang rouge des Francs et du sang bleu des Germains”… mais simplement comme une métaphore pour distinguer le tempérament flegmatique de l’Allemand, par rapport au tempérament excessif du Français.

Et puis, il y a l’expression connue : “avoir du sang bleu”, qui sous-entend être d’origine noble, issu d’une haute lignée…

On sait qu’il n’y a guère que les céphalopodes qui ont le sang bleu, l’oxygène n’étant pas transporté par l’hémoglobine, dont l’élément actif est le fer, mais par l’hémocyanine qui est bleue à l’état de combinaison avec l’oxygène, et dont le principe actif est le cuivre.

On sait aussi que certaines malformations cardiaques peuvent entraîner une coloration bleue, comme la “maladie bleue” qui se caractérise par une cyanose (grec, cuanos : bleu) des téguments et des muqueuses, conséquences de l’anoxémie, par suite du passage anormal du sang veineux dans le sang artériel.

Le but de mon propos n’est pas de faire référence aux anomalies organiques susceptibles d’entraîner chez l’humain une couleur bleue, mais par contre, de mettre en évidence une constatation assez curieuse sur cette couleur bleue qui caractérise, dans le cas de très nombreuses religions dans le monde, presque toutes les représentations des divinités.

L’un des exemples les plus flagrants est naturellement le panthéon égyptien qui s’étale sur nombre de dynasties, où l’on peut voir que tous les dieux sont représentés en bleu ! Leurs corps, leurs visages, sont toujours bleus ! Alors que toute la population, les nobles, et pharaon lui-même, sont représentés avec leur couleur typique de bronze africain.

En Amérique centrale, du côté de la civilisation des Mayas, l’étude de certains Codex, du moins ceux qui ont donc pu échapper aux flammes des frères missionnaires, et qui ont conservé leurs couleurs d’origine (Codex de Dresde, de Madrid, de Paris, Codex Groslier…), permet de constater, là encore, le même phénomène. Ces anciennes divinités du Mexique, si monstrueuses soient-elles, sont également représentées avec la couleur bleue…

En Inde, sur la voie du Yoga et du Jnâna (connaissances libératrices), représentatives des doctrines et techniques spirituelles de l’Inde brahmanique, la “Bhagavad-Gîtâ” et ses bandes dessinées, tant anciennes que modernes, nous offrent de naïves illustrations polychromes du récit mythique où s’affrontèrent les dieux, les héros et les diverses puissances qui se disputaient le monde matériel…

Et dans cette grandiose épopée, les dieux et les déesses sont tous une fois de plus d’un bleu d’azur !

De la même façon, les textes illustrés tibétains, comme le “Béryl bleu” du lama Sang-Y Gyamtso (1653-1705) ; dont les peintures sont les copies exactes des originaux du XIIIe siècle, représentent les entités divines sous une couleur bleu foncé… N’oublions pas non plus les fameux “thangkas”, merveilleuses peintures et “Mandalas” représentant des cosmologies complètes, avec leurs messages aux multiples possibilités d’interprétation.

On y voit, là encore, les Bouddhas des différents mondes, dont ceux du monde des dieux représentés en bleu sombre…


Conclusion

Ce rapide inventaire des représentations des divinités à travers le monde, permet de faire un parallèle avec l’hypothèse de certains auteurs qui pensent que des extraterrestres ont peuplé notre terre. De fait, la coloration bleue des dieux pouvait provenir d’une mauvaise adaptation à notre atmosphère trop pauvre ou différente de celle de leur monde d’origine… à moins, qu’eux aussi, n’utilisaient pas l’hémoglobine, mais l’hémocyanine ! Nul ne sait et ne saura ! Toujours est-il que la question du sang bleu des dieux mérite très certainement d’être souligné et étudié.

Fabrice Bardeau

 

Categories: Articles, Histoire, Religions

About Author